L'histoire du lieu

Place Pétrarque

La place Pétrarque a été créée en 1715 par l’élargissement de la rue Embouque d’Or à son débouché sur la rue de l’Aiguillerie, ceci pour permettre un certain recul sur la façade de la demeure que se fit construire la Mi de Chirac. Le fronton de cette façade, un des seuls cas de ce type à Montpellier, domine la place.

Hôtel Baudan de Varennes

La façade est du plus pur style XVIIIe. Cette maison est un patchwork de style et d’espace. Elle est le fruit du remembrement au XVIIe siècle de plusieurs parcelles, trois sans doute, dont chacune était occupée par une maison patricienne, demeure de riche marchand montpelliérain teinturier. 

Nous savons que Montpellier était très célèbre par ses teintureries de draps. Les pièces d’étoffe étaient colorées en rouge par la poudre extraite des chênes kermes. Ces draps étaient très appréciés en Orient où ils étaient échangés contre des soieries, des épices et des parfums. C’est pour cela que l’on peut admirer derrière cette façade Louis XV, un magnifique arc gothique ouvrant sur notre restaurant

Le rez de chaussée servait au moyen âge de boutique ou de hangar à marchandises. Une fenêtre trilobée vous laisse voir une vaste salle du XIVe siècle dont les voûtes en berceau reposent sur des colonnes formées de fines colonnettes engagées. Vous pouvez voir en permanence une copie de deux personnages importants : il s’agit du Pape Urbain V, constructeur de la cathédrale Saint Pierre au XVe siècle et de Jacques 1er d’Aragon, le roi conquistador né à Montpellier en 12O8.

Porte principale du château du Mas de Londres

Dans la petite cour intérieure, outre le puit qui nous rappelle que Montpellier fut bâtie sur un site favorable, parce que bénéficiant d’une nappe phréatique abondante, se trouve la porte principale du château du Mas de Londres. Enlevée du château avant la révolution, elle fut placée à Montpellier (Jardin des Plantes) puis transportée en 1972 à l’endroit actuel. Le château du Mas de Londres était un château de plaisance où les architectes de la Renaissance redoublèrent d’exploits pour en faire une merveille de l’époque.

Acquise en 1460, la seigneurie du "Castel de Londres" de la famille Bérard par Antoine de Lantrec, seigneur et baron de la Roquette. En 1658, la seigneurie de la Roquette fut érigée en marquisat en faveur de Henri de Roquefeuil. Suivant la visite pastorale de 1684, la cure du château de la Roquette était une vicairie perpétuelle dépendante du prieur de Saint Martin de Londres, c’est à dire des bénédictins de Saint-Guilhem. Son patron titulaire était Gérald Abbé.

 

En 1715, le château du Mas de Londres ou "castel de la Roquette" appartient au marquis de Villevielle; la justice est administrée, et dans ce château en ruines depuis Richelieu, les prisons subsistent. Le comte de Vinerac est le seigneur de la Roquette de 1749 à la révolution.